Sexologie

feminitieAu fil de ses expériences de vie, chaque femme est amenée à se rapprocher du « Royaume de son Intimité ».

Parvenir à cette connexion parfaite avec soi-même n'est pas toujours facile. Tout dépend d'où nous partons. Notre éducation ou nos premières expériences sexuelles peuvent brouiller la carte de notre territoire intérieur. Et même, parfois, nous couper de notre propre intimité, de notre ressenti. Il est alors nécessaire de se faire accompagner, pour retrouver le fil d'Ariane qui nous ramènera aux battements du cœur de notre féminité.

Je dis souvent que l'utérus est le trône de la femme sur lequel elle s'assoit en tant qu'impératrice de son royaume. La cavité vaginale est une salle impériale, un temple sacré que la femme protège, et que son compagnon est amené à honorer dans le respect de la femme qui l'accueille.

 

Les séances sont individuelles, se déroulent dans mon espace thérapeutique auprès du Centre Vitalitis de Lausanne

(consulter les tarifs). 

                                                                                                                                   

Quelle est mon approche en sexologie ?

                                                                                                                                   Féminité © Photo Artistique, Cedric Bregnard

Mon approche sexo-corporelle s'inscrit dans l'enseignement que m'a transmis Carla Chatterji, sexologue et formatrice. C'est une femme au parcours extraordinaire en matière de féminité. Je vous invite à découvrir son site: Jardin de femme (voir plus bas également, le CD qu'elle a créé à l'attention de nous toutes : « Dynamiser sa sexualité, dynamiser sa vie »).

 

Ses séminaires dispensent un savoir utile à toutes les femmes : « prendre conscience du vagin, de l'urètre, de l’anus et des muscles qui les entourent, reconnaître et mobiliser les différents muscles du périnée, affiner les sensations liées à cette partie du corps et jouir de sa féminité. Pour sa santé, pour prévenir l’incontinence et la descente de matrice, pour son image corporelle et son érotisme, la femme apprend à mobiliser ses muscles de sorte qu’ils restent toniques, fonctionnent bien et longtemps ».

 

C'est cette approche sexo-corporelle que je vous propose dans le cadre de séances individuelles. J'y amène aussi naturellement mon expérience en yogathérapie et en relaxation : à partir de la respiration consciente dans le plancher pelvien, la femme peut visiter sa chambre impériale, développer son ressenti par le souffle, s'exercer aussi à cette connaissance intime par le toucher. C'est une approche holistique qui permet de contacter l'énergie féminine et de favoriser son épanouissement dans tous les domaines de la vie !

 

Mon expérience en yogathérapie me permet de parler librement de toutes ces parties du corps féminin où circulent nos énergies de bien-être : la vulve, le clitoris, le vagin, le périnée, l'anus ... C'est aussi simple que parler d'autres zones érogènes comme les oreilles, le cou, les seins.... etc ! Les muscles du clitoris embrassent tout le vagin, ils le réactivent au plaisir mais aussi aux sensations les plus subtiles, avec ou sans partenaire ! Mais on peut aussi atteindre l'orgasme uniquement à partir des tétons... Bien connectée à son corps, la femme peut atteindre un plaisir à la fois externe (à travers sa peau par exemple ou les extrémités de son corps) et interne (comme parfois les organes intestinaux). Lorsqu'elle active ces zones telles de petites lampes, la femme peut expérimenter plusieurs niveaux d'orgasmes.

 

Dès le moment où la femme s'approprie pleinement le fonctionnement de son énergie sexuelle, elle retrouve confiance en elle et peut poser les bases de sa forteresse. Il lui appartient alors de choisir avec qui elle veut explorer son royaume, sa salle impériale !

 

A qui s'adresse la sexologie ?

 

Je reçois beaucoup de femmes qui ont besoin de « restaurer leur majesté ». Soit parce que leur temple sacré n'a pas encore été reconnu comme tel, soit parce qu'il a été mis à mal par des expériences douloureuses dans le passé. A travers l'exploration de la « salle impériale », il arrive que des traumatismes et des mémoires négatives apparaissent. Ces émotions peuvent enfin être vues et reconnues, puis soignées par une grande bienveillance intérieure. A partir de cette libération, les résultats pour les femmes sont merveilleux ! Il suffit parfois d'un déclic, d'une prise de conscience, pour restaurer son environnement intime.

 

sexologie

 

Plus largement, cet accompagnement s'adresse à toutes les femmes désireuses de mieux se connaître, à toutes celles qui souhaitent améliorer leur bien-être et leur épanouissement à travers une meilleure perception de leurs organes, comme la merveilleuse vulve, le clitoris et le vagin, mais pas seulement !

 

Je m'adresse aussi aux jeunes femmes qui sont encore vierges, car j'ai moi-même pratiqué la chasteté volontairement jusqu'à mes 21 ans. Ce fut une très belle expérience. Pour moi, il s'agit d'une démarche respectable et riche. Elle permet de développer la conscience de sa sexualité et une pratique dynamique même dans la chasteté. Savez-vous que le yoga tantrique propose aux jeunes femmes d'attendre 100 cycles avant leur première rencontre sexuelle, soit environ huit ans après les premières règles ? C'est un peu comme la fable de "La belle au bois dormant". Elle va devoir attendre 100 ans avant que le prince charmant vienne la réveiller avec un baiser pour l'introduire dans sa vie de Reine. Une symbolique perpétuée depuis des siècles, voire des millénaires. C'est un idéal bien sûr, que les jeunes femmes ne souhaiteront pas forcément suivre jusqu'au bout. Mais l'idée est intéressante et mille fois légitime : prendre le temps de connaître son corps, apprendre à l'écouter et à le respecter avant d'accueillir la personne qui saura alors nous amener à l'épanouissement total.

 

Une de mes chères collègues françaises, Sidonie Benedetto, ajoute : " Soulignons par ailleurs que la proposition, qu’elle soit énergétique par le yoga ou symbolique par le conte populaire, correspond au temps de maturation complète et accomplie – d’un point de vue physiologique – de l’ensemble des organes génitaux, tant dans leurs structures que dans leurs fonctions. NB : Evidemment, on ne parle pas des Walt Disney & C° mais des contes de ma mère l’Oie (ou l’Oye) du Moyen Age, période pas si obscure qu’on veut bien nous le faire croire en l’opposant au fameux Siècle des Lumières qui s’en suit !!! ".

 

 

 

Un atout complémentaire : la gestion de la fertilité

 

Je propose également une approche complémentaire à la sexologie : la symptothermie moderne ou la gestion totale de la fertilité ! Cette méthode de conception ou de contraception écologique permet à la femme d'accéder à une véritable émancipation dans la gestion de sa fertilité, grâce à la connaissance intime de son corps.

 

 

Je dois à Christine Bourgeois, ma formatrice, cet enseignement qui rétablit le lien fondamental entre sexualité et fertilité. La symptothermie apporte un éclairage sur notre état hormonal, déterminant pour notre fertilité, mais aussi pour la libido. Alors que les contraceptifs hormonaux « lissent » les énergies particulières de nos phases fertiles et infertiles, la symptothermie nous apprend à reconnaître les phases de notre cycle comme plusieurs facettes de notre énergie créatrice (c'est-à-dire bien au-delà de la sexualité).

 

Cette méthode permet à la femme qui a pris des contraceptifs hormonaux, ou qui les prend toujours, d'amorcer une transition vers la gestion écologique de sa fertilité.  On sait aussi que la pilule peut « endormir » le plancher pelvien. On sait que le stérilet, par exemple, est très inflammatoire pour le tissu vaginal. Il empêche la nidation et non pas la fécondation (ce qui met la femme dans un processus de fausses-couches à répétition sans qu'elle se rende compte de la moindre des choses). C'est un nouvel instrument de torture, de mutilation que le royaume de l'inconscience et de l'ignorance nous propose. Bien que l’action du stérilet ne consiste pas à leurrer nos glandes hormonales (à commencer par notre hypophyse, qui en est le chef d’orchestre) le stérilet a également un impact insidieux sur l’état psycho-émotionnel de la femme. Pour ma part, donc, je le déconseille mille fois plus que la pilule.

Avec la symptothermie, la femme va progressivement restaurer son corps physique, et en même temps se reconnecter avec son ressenti intime, à travers l'observation de son corps et de ses sensations internes. C'est un pas important pour parvenir à l'épanouissement de sa sexualité. Le savoir symptothermique est aussi très utile aux femmes qui souhaitent concevoir un enfant mais font face à un problème de fertilité.

 

Grâce à la symptothermie, la femme apprend à vibrer au rythme de son cycle hormonal, à comprendre les différentes énergies qui se succèdent pour mieux les utiliser dans sa vie (fertilité dans les projets par exemple!). Et elle comprend mieux, bien sûr, la dynamique de sa sexualité !

 

Pour conclure, je vous propose une image... Le cycle féminin, comme les quatre saisons d'une année. Après l'hiver des règles, où nous sommes amenées à nous reposer, vient le printemps de la phase pré-ovulatoire, plus dynamique. Puis c'est l'été, le pic ovulatoire où la femme se sent au sommet de son énergie créatrice ! Survient ensuite l'automne, où la femme se dépouille de ses feuilles mortes, plus sensible et moins dans l'action (voir aussi la page consacrée aux règles, où je reviens sur les quatre saisons du cycle féminin). 

 

Pour aller plus loin...

 

Ecouter l'émission radio "Le temps d'un été" avec Carla Chatterji, sexologue

Comme de nombreuses femmes de sa génération, Carla Chatterji a participé au militantisme des années 70, au MLF, à SOS Asile, aux luttes pour le droit à l'avortement, etc. Elle a enseigné l'allemand, travaillé dans le social puis, à ses 40 ans, elle a abordé professionnellement la sexualité.

Découvrir et commander son CD "Dynamiser sa sexualité, dynamiser sa vie"

projet CARLAcouv Layout 1

carla